Qu’est-ce-que la Haute Magie ?

Constituant l’une des toutes premières pratiques de la spiritualité originelle, la haute magie est non seulement une science mais aussi un art. Elle est aussi connue sous l’appellation de « magie blanche ». Il est important de savoir que les différents types d’invocations religieuses actuelles découlent du principe de l’authentique haute magie.

Savoir différencier la haute magie et la basse magie

La haute magie est souvent confondue avec la basse magie qui utilise la magie noire ou la sorcellerie. Pourtant, ces deux formes de magies sont tout à fait différentes l’une de l’autre. Si la haute magie fait appel à la force de l’esprit, la basse magie convoque des êtres pour solliciter leurs prestations de services. En effet, la basse magie peut produire le légendaire « choc en retour », une conséquence bien redoutée par les magiciens en herbes. Si pour certains, cette science initiée par les anciens grands alchimistes paraît assez anormale, pour les autres, c’est tout simplement une pratique fondée sur la foi en l’existence de forces et des êtres surnaturels. Ces derniers permettent d’agir sur le monde matériel.

La haute magie, c’est aussi une science d’ontologie

La haute magie est une forme d’occultisme qui peut aussi servir de science métaphysique. Dans ce domaine précis, on parlera « d’énergie primordiale » à la place de « l’Esprit » et de « champ énergétique » au lieu d’une « entité ». L’initié est le praticien habilité à pratiquer la haute magie. Ce dernier doit nécessairement avoir terminé l’initiation en matière de formation théorique et pratique. Toutefois, il est inutile de se rendre dans une université car la haute magie ne s’y apprend pas. Pour ce faire, le praticien doit suivre un cursus d’enseignement au sein des confréries plus ou moins discrètes ce qui donne naissance à des dérives sectaires et favorise la charlatanerie.

La pratique de la haute magie 

Bien que la magie en général ait une image populaire, la haute magie se passe différemment. C’est une pratique silencieuse et intérieure qui se fait dans un endroit clandestin. D’ailleurs, le praticien n’a pas besoin de porter une tenue de Merlin de carnaval ou d’autres accessoires. Tout réside dans sa capacité à rester relié à l’Esprit en évitant de gaspiller son énergie dans la réalisation de rituels visibles et distrayants. Un tout dernier détail de la haute magie c’est une pratique qui ne nécessite pas l’utilisation de potions magiques mais sollicite néanmoins une bonne concentration de l’initié.

Ésotérisme : les différences avec l’occultisme
Qu’est-ce-que la magie bleue ?